Moins de 2% du budget pour l’agriculture

Incompréhension des paysans producteurs agricoles par rapport au projet du budget 2013 qui alloue 1,75% à l’agriculture et au développement rural.

Les paysans producteurs agricoles de la RDC sont  exaspérés par le projet de budget 2013, jugé acceptable par la plénière de l’Assemblée Nationale et renvoyé à la commission financière. Ils sont indignés par le fait que pour l’année 2013, 1,75 % seulement est la part du budget alloué à l’agriculture et au développement rural, deux secteurs importants contre 3 % en 2012. Pourquoi cette réduction ? Pourquoi cette marche à reculons ?

Le  projet du budget pour l’exercice 2013 a été jugé recevable par les députés nationaux,  au cours de la plénière dae ce lundi 12 Novembre 2012 qui a connu la participation du Premier Ministre Augustin Matata Ponyo. Celui-ci est venu défendre ce budget du gouvernement qui a  été renvoyé à la commission financière du parlement après son acceptation avant de retourner encore en plénière pour son adoption.

Les paysans membres de la Confédération Nationale des Paysans Producteurs Agricoles du Congo, CONAPAC  jugent ce budget inacceptable puisqu’il accorde seulement 1,75 %  à l’agriculture et au développement rural alors que 3 % du budget  a été accordé à ces deux secteurs en 2012.

Ils  se disent très surpris et indignés de constater qu’au lieu de procéder à une augmentation sensible de la part du budget alloué à l’agriculture et au développement rural, le gouvernement de la République Démocratique du Congo a plutôt préféré réduire cette allocation.

La CONAPAC proteste contre ce budget et demande que le Parlement revoie cette situation en ramenant la part de l’agriculture à 6 % dans la perspective de le ramener d’ici 2015 à 10 % pour être en ordre  avec les accords de Maputo auxquels la RDC a souscrit volontairement en 2003.

Les paysans  ont fait savoir leur position ferme dans un mémo de 5 pages, daté du 9 Novembre 2012, qu’ils ont déposé ce lundi 12 novembre 2012  dans l’avant midi à l’Assemblée Nationale avant la plénière avec des copies pour information à la Présidence de la République, au Sénat, à la Primature et au Ministère de l’agriculture.

Dans ce document, les paysans relèvent que  le budget réservé à l’agriculture s’élève à 80 924 458 115 Francs congolais, soit 1,22 % du budget et au développement rural : 34 861 735 635 Francs congolais, soit 0,53 %. Cela fait un total général de 1,75 % alloué à ces deux secteurs en 2013 contre 3, % en 2012.

Le mémo souligne que le  gouvernement qui s’est donné comme objectif de faire de la RDC un pays émergent d’ici 2025, se doit de savoir que cet objectif ne peut pas être atteint qui si des moyens importants sont affectés au secteur agricole.

Le projet de budget 2013 tel que présenté par notre gouvernement n’envoie aucun signe encourageant, ni vers les producteurs agricoles que nous sommes  ni vers les partenaires techniques et financiers qui continuent à appuyer la population dans le secteur agricole.

La CONAPAC entend préparer une grande campagne d’information pour mobiliser l’ensemble des producteurs agricoles à se joindre à notre protestation.

LVPC

About these ads

À propos de La voix du Paysan Congolais

Trimestriel d'informations du monde rural et de l'environnement en République Démocratique du Congo Visitez notre revue de presse agricole en RDC et notre page Facebook.
Cette entrée, publiée dans 2012, est taguée , , , . Bookmarquez ce permalien.

5 réponses à Moins de 2% du budget pour l’agriculture

  1. Ir Jean-Paul Pitchou LUNZAMBA dit :

    C’est vraiment pitoyable dans un grand pays comme la RDC où 80% de la population est agricole on alloue un tel budget pour l’agriculture qui, semble-t-il, est une priorité des priorités. Franchement nous ne saurons reconstruire ce beau pays avec des telles initiatives qui excluent le secteur agricole. Je regrette par ailleurs d’être Ir Agronome dans un pays où l’agriculture est bafouée. Alors, laissez-nous aller sous d’autres cieux où notre formation pourrait être valorisée par les Gouvernements qui classent l’agriculture en une position acceptable. LEVONS-NOUS CHERS INGENIEURS AGRONOMES ET REAGISSONS SVP!!!! Merci La VOIX DU PAYSAN CONGOLAIS, MERCI et continuez à faire ce genre de plaidoyer pour le bien-être de notre pays.
    Comme la CONAPAC entend préparer une grande campagne d’information pour mobiliser l’ensemble des producteurs agricoles à protester contre la décision de nos élus, je demande qu’une large diffusion soit faite afin que même nous Ingénieurs Agronomes qui aimons ce pays puissions prendre par à cette importantecampagne.

    C’est l’essentiel!!!

  2. Hilaire LOCHANGA dit :

    C’est vraiment regrettable. Négliger le secteur agricole c’est renvoyer et condamner d’avantage la sous alimentation et à l’insécurité alimentaire. Prévoir moins de 2% dans le budget annuel 2013 c’est se moquer des paysans, de leurs activités et de tous les congolais. Nul n’ignore que l’agriculture est l’activité principale qui favorise l’auto suffisance alimentaire dans un pays et appui aussi son développement. Les gouvernants de la RDCongo doivent réellement faire beaucoup d’efforts pour prouver au peuple congolais qu’ils les aiment. pour ce faire,la révision de ce pourcentage à la hausse est impérieuse.

  3. Hilaire LOCHANGA dit :

    C’est vraiment regrettable. Négliger le secteur agricole c’est renvoyer et condamner d’avantage la population à la sous alimentation et à l’insécurité alimentaire. Prévoir moins de 2% dans le budget annuel 2013 c’est se moquer des paysans, de leurs activités et de tous les congolais. Nul n’ignore que l’agriculture est l’activité principale qui favorise l’auto suffisance alimentaire dans un pays et appui aussi son développement. Les gouvernants de la RDCongo doivent réellement faire beaucoup d’efforts pour prouver aux congolais qu’ils les aiment. Pour ce faire,la révision de ce pourcentage à la hausse est impérieuse.
    Réponse

  4. raymond dit :

    Snif … Snif … Arrêtons de pleurnicher. La disparition ou encore la mort de notre agriculture ou de la production des paysans congolais et même des grands producteurs- combien sont -ils encore?- fait le bonheur des importateurs commerçants sans foi ni âme. Pensons autrement à notre bonheur.
    Dans la mesure du possible, consommons local

  5. OSCAR LUKOO MVANO dit :

    C’est regrettable pour notre pays. Aussi longtemps que la politique au Congo ne comprendra que sans l’agriculture on ne peut aller nul part, alors ce pays restera toujours pauvre, dépendant et sous développé.
    Ir. Oscar mvano,
    Goma Nord kivu

Bonjour, vous êtes invité à poster un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s